Diversité des hominines à Sterkfontein

Les assemblages fossiles des Grottes de Sterkfontein jouent un rôle déterminant dans l’estimation de la diversité des hominines pendant le Plio-Pléistocène en Afrique australe. En particulier, les dépôts du Pliocène du Membre 2 et de la Grotte de Jacovec ont fourni des restes exceptionnels (e.g., « Little Foot ») qui alimentent les discussions sur la variabilité de Australopithecus en Afrique australe (i.e., deux espèces à Sterkfontein ?). De façon similaire, les vestiges fossiles des Membre 5 et la localité de Milner Hall contribuent au débat sur l’identité des premiers Homo en Afrique australe (i.e., H. gautengensis, H. habilis et/ou H. erectus/ergaster ?). Depuis 2017, en tant que membre de l’équipe de recherche de Sterkfontein, j’aborde ces questions fondamentales à travers la description et l’identification de spécimens historiques ainsi que de restes fossiles inédits issus des Grottes de Sterkfontein.

Rendu virtuel des restes fossiles d’hominines de Sterkfontein.
  • « Little Foot », le squelette d’Australopithecus le plus complet jamais mis au jour, représente un des plus anciens témoignages de l’évolution humaine en Afrique du Sud. Nous avons décrit la morphologie du labyrinthe osseux de « Little Foot » et discuté de son implication pour notre compréhension de la paléobiologie et de l’évolution des hominines du Plio-Pléistocène (lien).
  • En 1995, un crâne partiel d’hominine a été découvert dans les dépôts sous-terrains de 4 millions d’années de la Grotte de Jacovec à Sterkfontein. En 2016, nous avons décidé de réexaminer ce spécimen exceptionnel et de quantifier l’épaisseur et la composition de sa voûte crânienne (lien).
  • Les fouilles récentes de la localité de Milner Hall à Sterkfontein ont révélé des dépôts sédimentaires qui, du fait de leur contexte stratigraphique, sont susceptibles de délivrer des restes de Australopithecus, Paranthropus et/ou des premiers représentants du genre Homo. Nous avons récemment décrit deux fragments de crânes d’hominines trouvés en 2015 (lien).

 

Nous développons un projet « Sterkfontein » sur MorphoSource. Des surfaces 3D de spécimens fossiles sont désormais disponibles en ligne (lien).